Menu

Prix du premier recueil 2016

Le 21 septembre, le jury a attribué son Prix à Perrine Le Querrec pour son recueil La Patagonie.

Le Prix du premier recueil lui a été remis le mercredi 5 octobre 2016 à 18h30 à la librairie Tropismes de Bruxelles.

Les vidéos de la cérémonie sont à présent publiées sur Dailymotion et notre page Facebook.

Discours de Michel Collot

Discours de présentation par Michel Collot

Perrine Le Querrec n’en est pas à son coup d’essai ; elle s’est déjà illustrée dans différents genres : roman, théâtre, essai mais elle n’a abordé qu’assez récemment la poésie, qui semble avoir pris une importance croissante dans son travail. On constate souvent le mouvement inverse : certains auteurs commencent leur carrière en publiant des poèmes puis se tournent vers d’autres genres, notamment vers le roman, dans l’espoir, sans doute, de conquérir un plus large public. Bien loin de ces considérations éditoriales, Perrine Le Querrec est venue à la poésie, sous la pression d’une nécessité tout intérieure et avec tout l’acquis de son travail d’écriture antérieur, ce qui fait de son premier recueil un coup de maître. Il est vrai que ses précédents ouvrages revêtaient déjà une dimension poétique, témoignant de sa capacité à inventer un langage qui lui soit propre, éloigné des standards habituels de la communication littéraire. À propos de La Patagonie, pour marquer ses distances vis-à-vis du récit romanesque ou autobiographique, elle prend soin de préciser : Je n’écris pas une histoire mais une langue, je n’écris pas une situation mais une forme, je n’écris pas des personnages mais des langages (p. 20).

Reste à savoir de quelle forme et de quelle langue il s’agit. Avons-nous bien affaire ici à de la poésie ? Le mot n’est inscrit ni sur la couverture ni dans la page de titre et il n’est guère présent dans le livre. On y trouve un certain nombre de poèmes en vers libres mais aussi une majorité de courts textes en prose, qu’on pourrait qualifier, comme le fait Jean-Marc Flahaut dans sa préface, de « récits brefs » : s’agit-il de poèmes ? Sans doute, si l’on veut bien admettre que, depuis Baudelaire au moins, il existe des poèmes en prose et qu’ils peuvent prendre une allure narrative, comme c’est souvent le cas déjà dans Le Spleen de Paris. Ce qui contribue à donner à ces textes, visuellement, l’aspect d’un poème, c’est qu’ils tiennent tous dans l’espace d’une seule page : cette délimitation permet de donner à la prose la condensation propre à la poésie.

Mais ce mélange entre vers et prose n’introduit-il pas une certaine discontinuité, une certaine hétérogénéité qui peut décevoir le lecteur qui attend d’un recueil de poèmes une certaine unité ? Dans la préface de ses Petits Poèmes en prose, Baudelaire écrivait à son ami et éditeur Arsène Houssaye : « Mon cher ami, je vous envoie un petit ouvrage dont on ne pourrait pas dire, sans injustice, qu’il n’a ni queue ni tête, puisque tout, au contraire, y est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement. Considérez, je vous prie, quelles admirables commodités cette combinaison nous offre à tous, à vous, à moi et au lecteur. Nous pouvons couper où nous voulons, moi ma rêverie, vous le manuscrit, le lecteur sa lecture (…). Enlevez une vertèbre, et les deux morceaux de cette tortueuse fantaisie se rejoindront sans peine. Hachez-la en nombreux fragments, et vous verrez que chacun peut exister à part ».

Perrine Le Querrec revendique elle-même une « écriture à coup de ciseaux » (p. 81). L’accent mis sur les ruptures et les discontinuités est sans doute une des caractéristiques majeures de la modernité poétique mais on oublie trop souvent que la poésie a toujours été un art de la coupe, de la découpe : le vers lui-même est une ligne interrompue, qui ne remplit pas le cadre de la justification. Dans la versification régulière, ces coupes étaient cependant intégrées à une certaine régularité ; le vers libre et le poème en prose les ont mises plutôt au service de la diversité, s’écartant ainsi de l’idéal d’unité et d’harmonie qui était celui de la tradition poétique pour exprimer les expériences nouvelles que nous offre la vie moderne et que Baudelaire plaçait déjà sous le signe de la diversité, qu’il s’agisse des « soubresauts de la conscience » ou de la vie des « villes énormes » où se mêlent les populations et les choses les plus diverses.

Cette diversité affecte aussi la langue de la poésie qui, au lieu de se cantonner dans le registre noble et élevé qui a été longtemps le sien, s’est ouverte à une grande variété de tons, de styles, et de lexiques : on rencontre ainsi dans La Patagonie des mots et des tournures qui relèvent d’un niveau de langue familier et qu’on pourrait qualifier de prosaïques. Mais, dans le contexte où ils s’insèrent, ils contribuent à réaliser le « miracle » baudelairien « d’une prose poétique » « assez souple et assez heurtée » pour dire cette « réalité rugueuse à étreindre » que la poésie moderne doit affronter, selon le vœu de Rimbaud à la fin d’Une Saison en enfer. Car cette recherche d’une forme et d’une langue irrégulières et singulières ne relève pas ici d’une démarche formaliste : elle naît du besoin d’exprimer une expérience elle-même marquée, on le sent à chaque page, par bien des heurts et des ruptures. « Il n’y a rien de plaisant à (le) lire », rien de confortable, rien de réconfortant » (p. 20), car ce que cherche à dire Perrine Le Querrec est foncièrement dérangeant, de nature à déstabiliser non seulement le lecteur mais l’auteure elle-même, en bousculant toutes les conventions sociales, morales et littéraires.

Ce qui se donne à lire dans ce livre, c’est notamment la souffrance d’une enfance qui « sent toujours le carnage » (p. 47), la violence familiale et la guerre, l’injustice sociale, la détresse des SDF et des malades mentaux. L’écriture s’y rapproche souvent du cri, qui s’oppose à la recherche d’un beau et haut langage ; mais sa violence même lui confère une intensité que je n’hésite pas à qualifier de poétique. En effet, Perrine Le Querrec ne cède jamais à la tentation de l’expressionnisme à laquelle succombent souvent les poètes qui croient nous émouvoir en étalant à longueur de pages leurs états d’âme et leurs malheurs et qui confondent le lyrisme avec le pathos. Pour dire ses affects, elle a su trouver, à force de précision et de concision, une langue et une forme qui à la fois les exprime et les sublime pour créer ce que j’appelle après René Char une « matière-émotion ».

Beaucoup de ces textes ont une résonance nettement autobiographique ; mais ils ne composent pas un récit de vie conventionnel et linéaire. Ce sont plutôt des souvenirs et des images qui reviennent par flashes, des fragments d’existence qui ont d’autant plus de présence qu’ils ne sont pas pris dans la trame d’une narration continue. Par conséquent ils ne restent jamais enfermés dans la sphère de la vie privée, de l’histoire personnelle : la souffrance qui s’y avoue reste ouverte à la douleur d’autrui. Dans son expression la plus forte, le lyrisme n’est pas l’expression narcissique de l’ego et de ses sentiments intérieurs mais celle d’une émotion qui fait sortir de soi le poète pour le porter à la rencontre des autres et du monde.

Ce qui donne aussi à l’écriture de Perrine Le Querrec sa qualité indiscutablement poétique, c’est un sens du rythme qui est devenu rare, y compris chez ceux qui écrivent en vers réguliers. Pour rythmer ses poèmes, elle recourt à l’un des procédés les plus caractéristiques et les plus classiques de la poésie, qui est la répétition. Celle-ci est une des sources du rythme, à condition de ne pas devenir mécanique et de laisser place à la variation, de manière à produire non pas une simple redite mais, comme en musique, une reprise qui fait avancer et qui relance le mouvement de l’écriture. Ce rythme, fait de répétitions et de variations, on peut l’entendre aussi bien dans les poèmes en vers libres que dans les textes en prose. Il permet notamment à Perrine Le Querrec d’exorciser la violence qui s’exprime dans les pages de son livre. Une des manifestations du traumatisme, selon Freud, c’est la tendance à se répéter et à le répéter ; mais c’est aussi grâce à la répétition de certaines paroles, de certains gestes que l’on peut en maîtriser l’impact, comme l’enfant qui joue à lancer loin de lui et à ramener vers lui sa bobine, mimant ainsi le départ de sa mère tout en se donnant l’espoir de la voir revenir. La répétition permet à la fois d’exprimer et de maîtriser le traumatisme, comme le rythme lancinant des chants de deuil dans les sociétés traditionnelles, ou celui des poèmes d’Henri Michaux, qui a pour lui valeur d’exorcisme face aux épreuves personnelles et collectives.

C’est à une telle conversion de la souffrance en poésie que parvient dans ce livre l’écriture de Perrine Le Querrec. C’est du moins l’effet qu’elle produit sur moi : j’ai été pris par la lecture de ce livre, qui à la fois m’a fait vivre et revivre des expériences douloureuses et m’a fait accéder peu à peu à cette « paix dans les brisements » dont parlait Michaux. Il se dégage en effet de certaines pages de Perrine Le Querrec une sérénité paradoxale ; la violence et la virulence de son propos ne rendent que plus précieuses et plus significatives les brusques échappées qu’elle nous procure vers la tendresse et la merveille de vivre, comme dans ce bref poème, où la chute devient envol, grâce à quelques mots en suspens sur la page :

En rentrant chez elle,

elle a croisé un papillon qui dévalait l’escalier

sans jamais toucher le sol



Discours de Perrine Le Querrec


Discours de Perrine Le Querrec par FondationPoesie

Discours de Perrine Le Querrec

 Je vous remercie chère Madame Labbé, cher Monsieur, Mesdames, Messieurs les jurés d’offrir à La Patagonie une si belle distinction, d’éclairer ainsi ma poésie par votre lecture.

J’écris de la poésie dans l’unique but d’appréhender la tension qui existe entre le monde et moi, me servant des mots comme d’un médiateur. Si j’arrive à changer de regard, si j’arrive à changer moi-même, alors la poésie peut changer celui qui la lit.

Tenir la langue, le langage, entre ses mains, c’est s’interroger en permanence sur la signification de ce que nous voyons, de ce que nous ressentons, tout en aspirant à devenir des « yeux » nous-mêmes.

Prise dans la stupeur de la vie il n’y a pour moi pas d’autres issue que d’écrire, d’accueillir la dimension poétique de toutes choses.

Mais ces visions, ces sensations, cette musique, comment les faire entendre, comment les partager ?

Je veux ici remercier mon éditeur, Jean-Louis Massot, fondateur des éditions Les Carnets du dessert de lune, qui fût le premier à m’accorder son écoute et sa confiance. Il a publié mon premier texte en 2007, et depuis une complicité intellectuelle nous lie, une complicité qui a permis la construction et la publication de ce recueil.

La Patagonie est une des régions les moins peuplées de la planète. C’est le pays où s’échappe mon esprit lorsque la violence du monde est par trop insupportable. C’est le refuge de l’imaginaire, de la pensée intime, l’endroit où l’écriture, son élasticité, ses plis ses crêtes ses flux ses reliefs, trouvent à s’exprimer. Dans ce paysage je suis allée plus loin.je suis partie.je suis un poème.je suis poésie.je suis mot.je suis l’autre bout du monde.je suis le vers de terre.je suis pendue à l’hameçon de la langue.

Ma langue est celle des mutilés. De ceux qui vivent sous la table

Ceux qui vivent sous la table

Ceux qui vivent dans le coin derrière l'ombre sous le ciel dans l'espace à côté sur le biais sous le poing dans les jupes sur l'étroit

Ceux qui vivent au fond d'eux

au bord d'eux

dans dedans

Ceux qui vivent avec moi

Ceux qui vivent sous ma table au fond de moi au bord de moi à côté de moi dans dedans moi

Dans mon coin dans mon ombre sous mon ciel mon espace dans mes jupes mon immense mon étroit.

(extrait de La Patagonie, p.11)

Ils créent un grand silence dans la société, un grand vacarme sur le papier. Près d’eux mes mots se libèrent, ils s’enflamment, deviennent bourrasques ou éclaircies.

Vous les avez entendus, vous les avez accueillis, vous me permettez de poursuivre mon œuvre en m’offrant ce Prix.

La poésie est un miracle, elle est un don, elle n’obéit à aucune règle, multiplie les échappées belles, ouvre les horizons jusqu’à la liberté, jusqu’à La Patagonie.

Grâce à vous le voyage continue, merci.

Perrine Le Querrec